Les restaurants Cora embauchent, faites partie de l’équipe!
 | 
20 janvier 2023

Un très précieux souvenir

7 h 37 au café du village
Ce matin j’arrive au café comme une somnambule programmée par l’habitude. Oui, oui, je n’ai presque pas dormi de la nuit. Heureusement, c’est vendredi et je n’ai nulle part d’important où aller. J’ai tellement envie de partager avec vous les détails de ma nuit et mon étrange découverte d’une pépite d’or à la portée de tous.

Tout de go, je vous pose la question qui m’a tordu les boyaux une nuit entière. « Si vous pouviez garder un seul souvenir à apporter dans l’au-delà, lequel serait-ce? » Que feriez-vous s’il y avait une vie après la mort et que tous vos souvenirs étaient effacés sauf un? Quel souvenir choisiriez-vous de conserver avec vous dans l’Éternité?

Croyez-moi ou non, tôt hier soir, je m’étais tranquillement étendue dans mon lit pour lire un peu avant de fermer l’œil. Et la tête bienheureuse, appuyée sur deux oreillers de satin, voilà qu’une page de magazine me chavire.

Qu’est-ce qui compte le plus pour moi? Quel unique souvenir garderai-je dans ma mémoire pour l’Éternité? Je me soulève droite comme un i dans mon lit et considère cette problématique immensément lourde de sens.

Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à balayer mes interrogations sous la carpette. Je me lève donc, cherche mes pantoufles et avance en robe de chambre vers la cuisine. J’ouvre mon iPad, pitonne quelques touches et le nom de la journaliste qui m’empêche de dormir. Je veux en savoir plus.

Je découvre donc que cet important sujet provient, selon Google, du film japonais AFTER LIFE sorti en 1998 et réalisé par Hirokasu Kore-eda.

Vous vous en doutez, j’ai coulé un café et me suis assise devant le site d’Amazon pour chercher AFTER LIFE qui, un coup trouvé à 37 $, ne mentionne rien concernant la langue du film. Devant attendre de joindre un ami qui s’y connaît bien en recherches de ce genre, je m’installe sur le divan de la bibliothèque et me rabats sur l’article du magazine Happiness.

Dans le film, un groupe de personnes qui viennent de mourir se retrouvent dans un endroit, entre ciel et terre, dans les limbes je suppose, où on leur accorde une semaine pour choisir un seul souvenir de leur vie passée. Un seul souvenir qu’elles pourront ensuite apporter dans l’Éternité. Le film met en scène et enregistre le souvenir que chaque personne choisit et qu’elle pourra visionner en tout temps par la suite.

En lisant, ma tête et mon cœur ont tout de suite plongé dans un vide existentiel épouvantable. Quel unique souvenir apporterai-je dans l’Éternité? Le corps raide sur le divan, je deviens soudainement comme les personnes défuntes du film, stationnées dans les limbes et qui n’ont qu’une semaine pour choisir leur souvenir à apporter dans l’Éternité. Égarée dans mes pensées, je passe la nuit blanche à réaliser mon propre film; des dizaines de scénarios que je déchire chaque fois.

Vers 4 h du matin, je reprends le magazine et découvre un petit article connexe de dame Jacky van de Goor, une PhD qui consacre son travail à recueillir les uniques souvenirs de milliers de personnes de toutes catégories et de tous genres. J’essaie d’aller plus loin, mais toutes les infos sur dame Jacky, accessibles sur Google, sont en allemand ou en anglais universitaire difficile à lire. Et je commence à avoir des fourmis sous les paupières. Je ne veux pas mourir. Je ne veux pas choisir. Que savons-nous de la mort? Rien de rien.

Aussi curieuse que le petit dragon d’Australie, j’aimerais beaucoup connaître le souvenir que vous apporteriez dans l’Éternité. Chers lecteurs, ne faites pas comme moi; ne passez pas une nuit blanche à vous torturer les méninges. Réfléchissez-y en vous promenant dans la nature. Et si jamais le cœur vous en dit, partagez votre précieux souvenir avec moi et nous n’en serons que plus proches.

Je suis quasi certaine que chacun de ces souvenirs uniques se rapproche de l’essentiel de nos vies.

Cora

P.-S. Je vous le promets, j’examinerai ma vie de bord en bord jusqu’à ce que je trouve mon plus précieux souvenir à apporter dans l’Éternité et j’en ferai tout probablement le sujet d’une future

chevron-down