| 
25 décembre 2021

Un Noël qui goûte les patates douces

En ce Noël 2021, réjouissons-nous d’être vivant malgré les multiples embûches qui s’acharnent à nous compliquer la vie depuis l’arrivée du méchant virus. Nous sommes forts, combatifs et résilients malgré tout.

Chez nous, dans le bon vieux temps, je cuisinais un repas de Noël pour presque 30 personnes. Et ces deux dernières années, nous avons dû nous priver du bonheur de fêter tous ensemble. Cette année, même si on nous a concédé un certain relâchement, j’ai préféré annuler le traditionnel réveillon plutôt que d’avoir à exclure certaines personnes parce que le groupe serait trop gros. Tous les membres de ma famille et nos proches amis sont immensément importants dans mon cœur. Et il m’aurait été quasi impossible de décider qui viendrait et qui devrait s’abstenir; totalement impossible de choisir entre Patrice ou Marilou, entre Stacy ou Sergio, entre Neil ou Eric, entre Olivia ou William, entre Patricia ou Hélène, etc.

Réaliser à quel point nos proches sont précieux pour nous s’avère mon plus beau cadeau cette année. Tant qu’à nous réunir qu’à moitié, nous allons attendre encore une année pour fêter tous ensemble. Et non, je ne suis pas triste parce que déjà, je rêve à l’an prochain.

Oui, oui, me direz-vous, un méchant virus tire à peine sa révérence qu’un autre malin cogne à nos portes. Peut-être allons-nous devoir apprendre à vivre ainsi : triplement vaccinés, masqués au besoin et prudents à l’extrême.

Je suis une optimiste, je vous l’ai déjà dit, et je crois sincèrement que nous allons nous adapter à cette nouvelle réalité. Tous les domaines d’activités de l’être humain vont devoir s’ajuster. Toutes les institutions, tous nos commerces, le monde des Arts, nos cœurs impatients et nos cerveaux à l’affût y compris.

Et comme vous vous demandez peut-être ce que vous pourriez servir à votre famille avec vos restes de dinde, de tourtières et de ragoût, voici une magnifique recette de « cassolette de patates douces » de la grand-mère de ma belle-fille.

Croyez-le ou non, cette recette est encadrée et installée au mur de ma cuisine depuis 1995.
Et chaque année, j’en fais trois ou quatre casseroles tellement tout le monde veut en rapporter chez eux.

Doris Ashton a grandi dans l’État de Georgie situé juste en haut de la Floride dans le sud du grand pays américain. Dans cet État, on cultivait beaucoup la patate douce, un légume racine parent éloigné de notre pomme de terre. Doris a vite appris comment la cuisiner à son meilleur pour ensuite transmettre ses recettes à sa fille Janice et plus tard à la fille de celle-ci, Brandy Ashton qui épousa mon premier fils en 1992.

Et c’est ainsi que m’arriva cette fameuse recette garnie de pacanes grillées. Je vous assure que si vous essayez cette casserole de patates douces, vous encadrerez vous aussi la recette!

Vous aurez besoin de 3 tasses de patates douces pelées, coupées en petits cubes et bouillies jusqu’à ce que la chair soit tendre. Bien égoutter.

Ensuite, mettre dans un bol la chair et mélanger avec 3/4 de tasse de sucre, 3 c. à soupe de beurre, 1/2 tasse de lait, 2 cuillères à table de babeurre (ou 2 cuillères à table de lait avec 2 gouttes de vinaigre), 1/2 cuillère à thé de sel, 2 œufs et 1 cuillère à thé de vanille.
Bien mélanger les ingrédients et verser le tout dans un Pyrex beurré (ou tout autre plat allant au four).

Étendre ensuite la garniture suivante sur le mélange de patates douces en utilisant une cuillère. Pour la garniture, mélanger à la fourchette dans un bol 1 tasse de sucre brun, 1/3 de tasse de farine, 1 tasse de pacanes (ou de noix de Grenoble) et 1/3 de tasse de beurre fondu.
Cuire au four environ 35 minutes à 350 °F.

Je vous suggère de doubler ou de tripler la recette selon le nombre de gourmands que vous aurez autour de la table. Et s’il en reste, cette merveille se réchauffe au micro-ondes très rapidement.

Saviez-vous que les patates douces contiennent du bêta-carotène, de la vitamine A et des fibres? Les patates douces contiennent peu de sodium, et même si elles sont appelées patates douces, l’amidon qu’elles contiennent est surtout composé d’amylopectine qui lui confère un indice glycémique plus bas que la pomme de terre traditionnelle. BON APPÉTIT!

Cora
❤️
Psst : je vous confesse qu’à mes débuts avec cette recette, je me levais la nuit pour manger un petit restant que j’avais caché dans le tiroir à légumes.

chevron-down